Flux RSS

Archives mensuelles : décembre 2017

Oeuvre du mois (décembre) & Bilan 2017

Publié le
Oeuvre du mois (décembre) & Bilan 2017

Petit mois, ce mois ci (en démontre le peu d’articles publiés) : la préparation du marché de Noël m’a pompé toute mon énergie pour un résultat plutôt décevant.

 

J’ai donc principalement réalisé deux autres série de matriochka et des coussins kokeshi.

 

Et je fais le bilan de cette année de bloging :

  • bilan marmaille : 3 ans et presque un an et demi !!! Un grand qui va à l’école, qui porte des lunettes, qui se détache progressivement de sa tétine; un petit qui marche depuis quelques semaines, qui baragouine (beaucoup) et qui voudrait déjà être grand (trop de frustrations); une complicité qui se noue de jour en jour.😍

2017-10-25_amour_flou

  • bilan boulot : une formation émergence de projet, un projet de création d’entreprise, une fin d’année intense, un marché de noël en demi-teinte, des doutes et des tâtonnements … on verra ce que ça donnera pour l’année prochaine.

 

  • bilan santé : avec un grand à l’école et un petit asthmatique, la ventoline est toujours notre amie, mais pour l’instant, nous arrivons à limité la casse. Des défis yoga qui me donne envie de m’y mettre un peu plus sérieusement l’an prochain.

 

  • bilan maison/famille : deux pièces de plus, des travaux, encore des travaux, des portes repeintes, un jardin en chantier, mais tellement d’envies et de projets pour l’an prochain. Des gâteaux, beaucoup de gâteaux, 10 ans de vie communes avec le Breton, de la couture.😊

IMGP1569

  • bilan blog : 68 articles, 9 218 visiteurs, 1 195 commentaires, les 3 articles les plus vus sont :

– la culpabilité d’avoir une préférence

non, il ne parle pas « bien »

je n’aime pas les nourrissons

 

  • bilan voyage : hum … néant  … mais il paraît que pour 2018 on va enfin y arriver !

 

  • bilan emmerde : et comme il y a aussi du moins bon chaque année, en vrac : une hospitalisation, un accident de voiture qui nous obligé à changer beaucoup plus tôt que prévu, des périodes de boulots intenses, quelques nuits pourries, une invasion de souris …

 

Objectifs pour 2018 : Pour le coup, on a pas du tout prévu d’être raisonnable; des travaux, dans le jardin et dans une des extensions, monter officiellement mon entreprise, un projet de troisième grossesse et un voyage en Pologne.

Sur ce, je vous souhaite à tous de très belles fêtes de fin d’année !

Publicités

Enseigner le consentement aux enfants : 1 à 5 ans [traduction]

Publié le

Je partage cet article des Vendredis Intellos sur le même thème que précédemment

Les Vendredis Intellos

Enseigner le consentement aux enfants : 6 à 12 ans

1. Apprenez aux enfants à demander la permission avant de toucher ou d’embrasser un camarade de jeu, en le formulant par exemple ainsi : « Sarah, on demande à Léo s’il aimerait un câlin pour dire au revoir ? ». Si Léo dit « non » à cette demande, dites à l’enfant d’un ton enjoué : « C’est pas grave, Sarah. On va lui dire au revoir ou lui envoyer un bisou avec la main ! ».

2. Aidez l’enfant à développer son empathie en lui expliquant pourquoi ce qu’il ou elle a fait a pu blesser quelqu’un, en le formulant par exemple ainsi : « Je sais que tu voulais ce jouet, mais quand tu as frappé Tom, cela lui a fait mal et il s’est senti très triste. Et on ne veut pas que Tom soit triste parce qu’on lui a fait mal ». Encouragez l’enfant à imaginer comment il ou…

View original post 1 061 mots de plus

Comment éduquer nos enfants au consentement …

Publié le
Comment éduquer nos enfants au consentement …

Pour ma première participation au blog les Vendredis Intellos, sur le thème de l’éducation au consentement, je me suis appuyée sur une question qui me taraude depuis la naissance des garçons : finalement n’est-il presque pas plus difficile d’élever des garçons de manière « féministe » dans notre société … Comment les élever pour en faire des hommes responsables sans faire peser sur eux des stéréotypes de genre.
Très rapidement, la question de l’éducation au consentement s’est posée : Alors que FeuFolet avait 18 mois/2 ans, l’assistante maternelle qui en a la garde me dit toute guillerette « c’est trop mignon, FeuFolet plaque la petite L. (la fillette gardée avec lui) pour lui faire des bisous » … autant vous dire que mon sang n’a fait qu’un tour et que je lui ai expliqué à quel point ce comportement était compliqué et répréhensible pour moi.
À partir de là, j’ai essayé de faire très attention à montrer le bon exemple (lors de jeux de chahut ou de chatouille, on s’arrête dès que l’enfant en fait le demande, par exemple) et à me documenter par exemple avec le site apprendre à éduquer qui propose des points d’accroches pour apprendre le consentement à nos enfants. Mais je me rends compte qu’il est tout aussi difficile de leur apprendre à exprimer leur refus. J’aime beaucoup cet article du site super parents qui nous rappel de faire attention à ne pas placer « la fille […] dans le rôle de la victime et le garçon dans celui de l’agresseur » ce qui n’est pas forcément facile dans notre société, d’autant plus qu’il y a une malaise vis à vis de la sexualité enfantine.
Récemment, je me faisais la réflexion suivante : les gens sensibilisés à la notion de consentement savent qu’il faut respecter la volonté de l’enfant et ne pas le forcer à faire un bisou s’il n’en a pas envie. FeuFolet est très amie avec une petite fille, G. dont nous fréquentons les parents ; ils sont très mignon ensemble et se font facilement de câlins. Ce qui fait que nous avons spontanément, en tant que parents, tendance à leur proposer de se faire un bisou lorsqu’ils se voient ou se disent au revoir, quitte parfois à leur répéter plusieurs quand ils semblent ne pas nous avoir entendu, d’autant plus qu’ils semblent le faire de bon cœur. Mais est-ce vraiment de si bon coeur ? Est-ce que notre demande répétée n’a pas induit ce semblant de consentement ? Comment savoir si c’est parce qu’ils n’ont pas entendu ou parce qu’ils n’en ont pas envie ?
Comment leur parler de consentement sans (trop) parler de sexualité ? Comment leur parler de sexualité de manière positive sans trop en faire et de manière adapté à leur âge tout en restant réaliste au fur et à mesure qu’ils grandissent et s’interrogent ?

 

Vous pouvez retrouver le pendant plus théorique de cet article ici.