Flux RSS

Archives mensuelles : mars 2019

Oeuvre du mois (mars)

Publié le
Oeuvre du mois (mars)

Ce mois-ci, naissance oblige, j’ai fait simple:

 

J’ai continué le #DrawThisInYourStyle challenge avec trois nouvelles aquarelles.

Je suis plutôt contente du rendu, surtout le portrait du milieu que j’aime beaucoup.

2019-03-27_aquarelles

 

J’ai aussi profité des derniers jours avant la naissance pour terminé un des projets coutures que j’avais en cours, un poncho de bain « petit indien » pour mon LutinCoquin qui lorgnait sur celui de son frère.

2019-03-27_poncho_bain

 

Publicités

un accouchement physiologique …

Publié le

… comme dans mes rêves.

Après vous avoir annoncé la naissance de notre petit garçon il y a quelques jours, voici le récit de ce jour si spécial. La salle physio de la maternité, Une naissance rapide et respectée, une expérience de la douleur et pleins de beaux souvenirs pour la suite.

douze mars deux mille dix-neuf

Depuis une dizaine de jours, je me traîne … je m’étais vraiment persuadée que j’accoucherai entre 39 et 40 sa, comme pour mes deux premiers. Dépasser le terme de LutinCoquin et voir se profiler le spectre du déclenchement me déprime un peu.
Ma belle-mère s’est installée chez nous depuis le samedi pour simplifier la logistique de garde de FeuFolet et LutinCoquin.
La semaine est bardée de rendez-vous afin d’éviter le déclenchement : lundi sage-femme pour un éventuel décollement de membrane (finalement, le col n’est pas favorable), mardi osthéo pour débloquer le bassin, mercredi (41sa) accupuncture, jeudi rendez-vous de contrôle à la maternité, …
La séance d’osthéo du mardi matin me fait beaucoup de bien, sans rien déclencher. La journée se passe tranquillement. Dans l’après midi, je sens quelques contractions irrégulières, mais sans plus. Je décide d’accompagner mes beaux-parents chercher les garçons à l’école en espérant que la promenade aide à lancer le travail.
Retour à la maison vers 17h pour le goûter, les contractions restent bien présentent, je commence donc à les chronométrer : elles s’enchaînent toutes les 5-10 minutes, ce que je signale au Breton, même si j’ai encore peur d’une fausse alerte. On décide d’attendre encore 30 minutes voir si ça se maintient … spoiler alert, ce sera le cas.
18h, j’embrasse les garçons en leur disant que papa et moi allons à la maternité, voir si le bébé a décidé de naître. Pendant le trajet, les contractions, supportables, continuent. On arrive à la maternité sous une belle averse de giboulée de mars et un superbe arc-en-ciel.
On se rends à l’accueil de la maternité où nous sommes pris en charge par une super sage-femme, J., elle sera accompagnée par une étudiante. Il y a (encore !!) beaucoup d’accouchement ce jour … on s’installe, elle nous demande un peu ce qu’il en ai : troisième accouchement, un premier avec péridurale, un deuxième presque sans, le souhait de faire sans cette fois-ci. Elle m’examine, le col est ouvert à 3 en extérieur mais il est encore long et fermé en postérieur …
Et là, elle me demande si au vu de mon projet, je veux bien prendre la salle physio !!! Je lui répond que je n’osais espérer qu’elle soit libre !!! Nous voilà donc partie pour la salle physio, lumière tamisée, grand lit et surtout, le graal : la baignoire.
On commence par un petit monito qui montre des contractions bien présentes mais encore très supportable et un bébé à l’aise dans son bocal. Une nouvelle sage-femme arrive pour poser le cathéter, elle sent que je me crispe et me demande si je suis difficile à piquer, ce que je confirme … Elle prend alors bien le temps de chercher la veine idoine, au coude, et réussi l’exploit de m’installer la voie veineuse du premier coup !!!
Maintenant que les formalités sont remplies, je peux me plonger avec délectation dans la baignoire d’eau chaude. C’est fantastique, il est 20h et je ne sens presque plus les contractions. Je profite de ce répit pour blaguer avec le Breton, mobiliser mon bassin, faire des exercices de respirations, etc. Les contractions « reviennent » doucement.
Vers 21h30, je demande un nouveau monito et un contrôle pour voir comment le travail avance. On m’installe avec un monito mobile qui ne captera pas le contractions, mais on s’en fiche, le plus important, c’est le coeur du bébé qui réagit comme il faut. Ma sage-femme est sur un accouchement, je dois donc patienté un peu avec le monito. J’ai soif, je demande de l’eau, on me l’accorde à condition de boire à petites gorgées. Ce sera la mission du Breton pour les heures suivantes, me donner régulièrement des petites gorgées d’eau tellement je suis assoiffée.
22h la poche des eaux se rompt juste quand la sage-femme arrive. Les contractions commencent à être difficilement tenables, je suis à 5 … petit moment de désespoir …
Je demande à retourner dans la baignoire. Avec la rupture de la poche des eaux, les contractions sont devenues vraiment douloureuses et rapprochées, je gémis, je mord dans une serviette et je jure comme un charretier … le Breton me soutient comme il peut, en me disant « ça fait mal, mais c’est pour la bonne cause« , « de toute façon, tu sais qu’il est trop tard pour la péridurale« , etc., sur le coup je l’envoie paître, mais en fait ça me fait du bien de l’entendre le dire.
Et là, 22h30, ça pousse, je lui crie d’appeler les sage-femmes qui rappliquent pendant que je me sens faire caca dans le bain … J. me demande si elle peut regarder comment ça se présente. Bébé n’est pas encore engagé, elle me demande donc si je peux sortir de la baignoire pour me rendre sur le lit, ce qui le fera remonter encore un peu …
On m’installe donc, d’abord je demande à tenter sur le dos comme je connais, mais très vite on se rend compte que ce ne sera pas possible. Je passe à 4 pattes, mais c’est dure, J. me propose les lianes pour aider le bébé à descendre, je pousse trois ou quatre fois, mais c’est dure, j’ai l’impression que je ne vais jamais y arriver, je ne me sens pas bien. On me rallonge, mais en position sur le côté avec une jambe sur l’épaule de la sage-femme, c’est mieux ! le Breton est à la tête du lit et je peux m’accrocher à son bras comme à une ancre, c’est doux, c’est chaud. Elle passe alors le relais jambe à son étudiante et c’est partie, il faut que je pousse avec tous ce que j’ai, mais c’est dur !!! Le Breton, me tient dans ses bras. La tête arrive, je la sens passé, j’ai l’impression d’être écartelée, je dis à la sage-femme que ça va déchirer (spoiler alert, même pas).
Ça y est, la tête est sortie, mais les épaules sont bloqués … en même temps, on le dit, il faut que je bascule sur le dos pour l’aider à faire sa manoeuvre … et voilà, 22h56 PetitPrince est né et il n’est pas ravis d’être sortie de son aquarium si douillet. On me le met tout de suite en peau à peau. Il passera d’ailleurs les 30 premières minutes de vie à donner de a voie avant de bien vouloir prendre le sein.
Sans péridurale, j’aurais la surprise de sentir le placenta passer (comme une lettre à la poste), puis les écoulements de sang. J’ai l’impression que ça saigne beaucoup, mais en fait pas du tout. J’ai reçu l’injection d’ocytocine protocolaire de manière toute douce et sans précipitation, ça change tellement du sentiment d’agression par la sage-femme lors de l’accouchement de LutinCoquin. Effet de la salle physio, on me laissera PetitPrince les deux heures de surveillance sans gestes invasifs. Il gardera même un peu de liquide amniotique dans les cheveux pendant deux jours.
Par contre, je suis épuisée, vidée, j’ai vraiment une impression d’épuisement complet. Sans péridural, j’obtiens le droit de manger une barre chocolatée immédiatement, puis je somnolerais jusqu’à notre montée en chambre vers 1h du matin où j’aurais le droit à une nouvelle collation.
Bref, même si la dernière a été vraiment intense, je garderai un souvenir tout doux de ces quelques heures d’accouchement respecté. La sage-femme était impressionnée par mon calme, à priori, ce n’est pas courant les femmes qui accouchent sans péridurale et sans crier (même si perso, moi j’ai l’impression d’avoir crier quand je mordais cette pauvre serviette) et a prévenu son étudiante pour qui c’était le premier accouchement physiologique que je n’étais pas une référence …

Naissance !!!

Publié le
Naissance !!!
Après une fin de grossesse longuette, pendant laquelle je me suis un peu éloignée des réseaux sociaux, j’ai donné naissance à notre troisième  petit garçon, mardi dernier dans la nuit.
Un accouchement physiologique, comme je le souhaitais et presque même au delà de mes esperances.
FeuFolet et LutinCoquin sont ravis d’avoir un bébé à la maison et nous découvrons doucement la vie à 5.
Il ressemble à ses frères, mais a une touffe de jolis cheveux noirs, c’est mon PetitPrince !

Il s’appelle P.

Je vous remercie pour vos félicitations qui ont accompagné l’annonce de sa naissance sur Instagram. MERCI !