Flux RSS

Archives de Catégorie: Grossesse

écho T2 …

Publié le
écho T2 …

Hier, nous avions l’échographie du deuxième trimestre.. Je vous parlais donc de mon appréhension (et un peu d’impatience) de découvrir le sexe de mon nouveau colloc’.

 

Pas de suspens cette fois-ci, puisque nous sommes directement tombé sur son entrejambe où le doute n’était pas permis …

 

Ce sera (encore …) un petit frère !!!

 

Je ne cacherais pas qu’il y eu de la déception pour moi … comme je le disais pour LutinCoquin, je ne me vois absolument pas avec une maison uniquement de mecs et c’est ce qui est en train de se réaliser …

 

Suite à ça, nous avons commencé l’examen où mon mari et moi commençons à ne pas être trop mauvais : coeur, cordon, et cerveau, ça va. Comme on s’y attendait, rien à redire de ce côté là. Bébé3 va très bien, dans les mêmes courbes et tonicité que ses frères ..L(comme pour LutinCoquin, la medecin a passé 10 minutes à essayer de faire un arrêt sur image les mains ouvertes pour éliminer une malformation musculaire …)

 

Mais bon, maintenant, il va falloir se pencher sérieusement sur le choix du prénom, des thèmes et des couleurs pour la chambre, ainsi que sur celui tout aussi épineux des parrains et marraines (oui, nous sommes affreusement tradi, les deuxième et troisième prénoms sont ceux des parrain/marraine)

Publicités

Entre impatience et appréhension …

Publié le

La dans deux semaines, nous avons l’échographie de deuxième trimestre … que j’attends avec impatience et appréhension.

 

Le point principal de l’échographie morphologique est de vérifié qu’il n’y a pas de malformation (grave ou bénigne) sur le foetus et c’est vrai que c’est le plus important.

 

Le petit bonus de cette écho, pour ceux qui le souhaitent, c’est que l’on peut aussi découvrir le sexe de notre future progéniture … Et après deux garçons, même si nous commençons à avoir quelques idées de prénoms masculins en besace, je dois avouer avoir une grosse petite préférence pour une fille … je vous le disais d’ailleurs la semaine dernière et je crois que ce n’est pas un secret.

 

D’un autre côté, je suis étrangement sereine fasse à cette future découverte, je crois que j’ai passé tellement de temps ces dernières semaines à rabâcher aux gens que « non, on ne savait pas encore », que « oui, une fille ce serait chouette », mais que « de toute façon, on ne choisit pas, donc bon ».

Finalement, ma principale appréhension, ça reste de trouver le prénom pour un troisième garçon …!!! On a lancé quelques idées en l’air, mais clairement pour cette grossesse, je n’arrive pas à ressentir le besoin d’en trouver un avant cette fameuse échographie, ce qui était le cas pour LutinCoquin, comme quoi.

garçon ou fille ?

Publié le

Nouvelle grossesse, mais on recommence : à quelques jours de la révélation, je me suis de nouveau prêtée au jeu d’essayer de deviner le sexe du futur arrivant.

Plusieurs méthodes (toutes aussi farfelues les unes que les autres, évidement) mènent au résultat et on pourra vérifier d’ici quelques semaines si les trucs de grand-mère fonctionnent ou non.

 

1 – Le Pendule

A faire sur le ventre ou sur la main, avant ou pendant la grossesse. Si ça tourne, c’est une fille ; si ça balance, c’est un garçon.

je n’ai toujours pas de pendul, donc j’ai improviser avec mon alliance au bout d’une chaine, paraît que ça marche aussi. Je ne suis pas super sûre de mon coup, mais à priori un garçon

 

2 – Les nausées

Si vous passez le premier trimestre à avoir des nausées, c’est une fille. Dans le cas contraire, c’est un garçon.

Autant, je n’avais rien au pour FeuFolet, j’avais pas mal de nausées en fin de journée pour LutinCoquin, mais pour celle-ci que les ai trouvé plus présente … réelles ou effet de la fatigue.  Résultat : ça serait plutôt une fille.

 

3 – La libido

Si elle diminue pendant la grossesse, c’est un garçon. Au contraire, si elle augmente, c’est une fille.

joker 😅

 

4 – La pilosité

Si les poils de vos jambes poussent rapidement durant votre grossesse, c’est un garçon. Si les poils poussent plus lentement, c’est une fille.

Aucune idée, ce n’est vraiment pas mon soucis … Résultat : joker

 

6 – La couleur de l’urine

Jaune pâle : un garçon ! Jaune foncé : une fille !

C’est plutôt variable, mais on va dire que selon l’estimation colorimétrique de ces dernières semaines et surtout celui de mon dernier prélèvement matinale (le glamour de la grossesse), c’était jaune foncé, donc une fille 

 

7 – La consommation de produit laitier

Garçon : vous consommez plus de produits laitiers. Fille : pas de changement !

De base, je ne consomme pas de produit laitier … donc à chacune de mes grossesse, mes envies de fromage se sont un peu accentuer, de la à y voir une augmentation de ma consommation? Résultat : plutôt un garçon.

 

8 – Les envies

Envie de salé, c’est un garçon ; envie de sucré, c’est une fille.

J’ai passé l’été à me nourir de tomate, de chocolat (pas bien) et de pulco citronnade (rapport aux nausées) … ça compte comme sucré?  on va dire fille.

 

9 – Le poids du conjoint

Votre conjoint prend autant de poids que vous durant la grossesse ? Vous attendez un garçon

Hum, après une petite couvade pour notre premier, le Breton surveille quand même son alimentation donc pas de réponse fiable.

 

10 – L’acné

De l’acné apparaît sur le dos et dans le cou, et ce jusqu’au 7ème mois : c’est un garçon. Pas de changement, c’est une fille.

Avec un premier trimestre estival, je me suis couverte de petit bouton d’acnée sur le torse et le cou … Résultat : ça serait un garçon.

 

11 – La poitrine

Lorsqu’une femme attend une fille, sa poitrine gagne 8 cm en moyenne. Pour un garçon, les seins ne grossissent que de 6,3 cm.

Le point agréable de cette grossesse c’est que clairement mes seins ont regagné en tonus et donc paraissent plus gros … et j’ai du laisser mes soutiens-gorge habituel pour repasser sur ceux d’allaiement. Ça serait donc plutôt une fille.

 

12 – L’âge au moment de la conception

Prenons votre âge au moment de la conception et additionnons à cela le chiffre représentant le mois de la conception. Additionner jusqu’à obtenir un nombre en dessous de 10. Si vous obtenez un nombre pair, vous accoucherez d’une petite fille. Nombre impair ? Alors ce sera un petit garçon.

Vu que la conception a eu lieu en juin, j’avais encore 29 ans. 29 + 6 = 35 ; 3+5 = 8 donc une fille (et les calculs sont juste pour les garçons)

 

13 – la fréquence cardiaque

>145 bpm garçon, entre 145 & 150 ne se prononce pas, et <150 bpm fille

Lors des deux échos à 8Sa et à 12Sa, la fréquence cardiaque était largement supérieur à 150 bpm. Résulats, plutôt une fille. (Mais c’était le cas aussi pour LutinCoquin qui est bien un garçons)

 

14 – le calendrier chinois

On en trouve plein sur internet … problème, ils ne disent pas tous la même chose, c’est pratique ça … La plupart m’annonce une fille (mais c’etait aussi le cas pour LutinCoquin … sauf si embiguité octobre/novembre … octobre = fille, novembre = garcon … et c’est l’inverse avec la numérologie précédante, comme ça tout le monde est content)

 

15- l’implantation des cheveux de l’enfant précédant:

Si votre enfants à une pointe à la base des cheveux, le suivant sera un garçon, si il a la base « carré/plate », ce sera une fille.

FeuFolet a une très belle pointe à la base des cheveux … et un petit frère !!! Qui lui a la base « plate », donc n°3 devrait être une fille.

 

Total des scores : ♂ : 3  /  : 9

Et vous, des pronostics ? Ou d’autres théories farfelues à me faire tester ?

Mon intuition le souffle « fille » mais je préfère ne pas trop m’y fier, de peur d’être influencé par mon désir personnel. Réponses dans quelques semaines.

jamais deux sans trois !

Publié le
jamais deux sans trois !

Vous avez peut-être remarqué que mon activité estivale fut un peu anarchique … et celles qui me suivent sur IG en connaissent déjà la raison : nous attendons un troisième bébé pour le printemps 2019 !!!

 

Le premier trimestre de grossesse a été très fatiguant et j’ai été barbouillée en permanence, ce qui n’est pas très agréable. D’ailleurs en relisant mon article pour LutinCoquin, je me rend compte que j’avais déjà trouvé ma deuxième grossesse plus dure que la première …

Il semblerait donc que pour mois, les maux de la grossesse soient démultiplié par le monbre de grossesse … est-ce un phénomène d’imprégnation hormonale ou simplement les circonstances : un été très chaud, deux garçons à gérer pratiquement h24, …

 

Aujourd’hui, c’était l’échographie du premier trimestre, … et le moins qu’on puisse dire c’est que c’est un bébé d’été, tranquillement installé jambes croisées et mains derrières la tête (hyper pratique pour la clarté nucale) … l’échographiste a eu du mal à le motivé à bouger pour permettre de prendre toutes les mesures … pour les belles images, on attendra la prochaine (à moins que ce ne soit un filou)

Donc voilà, l’aventure parentale continue pour nous avec un nouvel arrivant pour le printemps.

Sortie précoce de la maternité

Publié le
Sortie précoce de la maternité

Comme je l’ai plusieurs fois dit au cours de ma grossesse, ne gardant pas un souvenir ému de mon premier séjour à la maternité, j’ai choisi la sortie anticipée, petit retour d’expérience :

 

Théoriquement, la sortie anticipée permet de quitter l’hôpital tout de suite après l’accouchement.

Dans la pratique, en France, on attend souvent que les premiers soins du nourrisson soit fait, généralement dans les 24h. Bon, moi, j’ai eu le droit à un bonus de 48h car LutinCoquin a pointé son nez un samedi et qu’il n’y a pas d’examen pédiatrique le dimanche.

 

La sortie précoce se prépare en amont avec l’hôpital – qui doit être prévenu de votre choix – une sage-femme libérale – qui prend le relais – et un médecin qui accepte de réaliser l’examen du huitième jour pour la sécu.

 

Durant le séjour, j’ignore s’il s’agit du fait que ce soit un deuxième bébé né sans difficulté ou que l’on soit en week-end, mais globalement, j’ai eu la paix avec le personnel hospitalier. Comme j’avais demandé à pouvoir sortir a plus vite le lundi, j’ai été mis prioritaire sur la liste de la pédiatre.

Je me suis rendu directement au bureau d’état civil de la maternité pour déclarer LutinCoquin dans les temps. Comme je partais dans la foulée, j’ai appris que les documents et le livret de famille serait renvoyés directement à la mairie de mon lieu de résidence.

 

Après la sortie, j’ai contacté ma sage-femme. C’est sa remplaçante qui est venue donc le contact a été un peu particulier : Elle s’est principalement intéressée à LutinCoquin, qui a même eu droit à une prise de sang pour suspicion de jaunisse à traiter. J’attends toujours un contrôle vaginal de sa part, une aide sur l’allaitement (alors que je lui ai signalé avoir un doute sur un début d’engorgement, heureusement que ce n’était pas mon premier), …

Deux visites et ce fut tout … pour ma part, ça me convient, même si je l’ai trouvé un peu légère.

 

Mon seul regret, c’est que je me suis fait charcuter pour donner mon sang en vue d’une étude médicale menée sur le finistère, mais que comme le monsieur ne passait que l’après-midi et hors week-end, je n’ai pas pu répondre au questionnaire et vais donc passé en « patiente perdue de vue au cours de l’étude » alors que j’étais motivée …

Un accouchement express …

Publié le
Après vous avoir annoncé la naissance de notre petit garçon il y a une dizaine de jours, voici le récit de ce jour si spécial. Une naissance express, une expérience de la douleur et pleins de beaux souvenirs pour la suite.

Vingt-trois juillet deux mille seize.

03h50. Je suis régulièrement réveillée par des contractions plus gênante que douloureuse, comme j’en ai depuis plusieurs jours.
07h45. Je sens comme du liquide qui coule dans le vagin et je me dit que ça fait quand même beaucoup pour de simples pertes … puis j’entends distinctement un bruit d’eau (genre glou-glou de fontaine zen), plus de doute, je perd à nouveau les eaux.
07h50. Je réveille le Breton, la braderie ce matin, ça va être râpée, et file aux toilettes avec une serviette (moment glamour). FeuFolet se réveille et commence à pleurer, je crois qu’il a senti une tension/excitation dans l’air.
07h55. On croise ma belle-soeur dans les couloirs, FeuFolet vient de réveiller toute la maisonnée. On annonce donc la bonne nouvelle avant d’aller préparer le petit déjeuner. Hors de question de partir le ventre vide.
08h05. On prend tranquillement le petit déjeuner sur la terrasse.
08h15. Les premières contractions arrivent, il va falloir songer à y aller tout de même
08h30. On décharge ce qui restait dans le coffre de la voiture en prévision de la braderie et on charge le nécessaire pour la maternité.
08h40. FeuFolet comprend subitement qu’on va partir sans lui … c’est la crise. On fait un câlin rapide, mais on a pas trop le temps.
08h45. Ça y est la voiture démarre pour 45 minutes de trajets. Je lance l’application de suivi des contractions, elles reviennent toutes les 5 minutes avec quasiment 2/3 qui « pique » (si j’avais su ce qui m’attendais j’aurais dit qui chatouille …). On blague avec le Breton et on lance des paris : à combien je serais en arrivant à la mater, à quelle heure j’aurais accouché, ect.

09h30. On se gare sur le parking de l’hôpital. L’avantage d’arriver un samedi matin, c’est qu’il y a de la place partout, on se gare donc au plus près de l’entrée de la maternité.

09h35. Une sage-femme nous accueille et on lance les festivités : analyse d’urine, recherche du dossier, ect. Pour le dossier, c’est folklo, elles ne le trouvent pas, me demande mon nom de famille, celui de jeune fille, mon prénom, … et me dise vous êtes sur que c’est ù*$ùplù? Euh, non, nous, c’est L. Ça y est, elles nous trouvent.

09h45. Les choses sérieuses commencent : pas besoin d’analyser le liquide, il est claire que j’ai perdu et perd toujours les eaux. Examen du col, et là, on déchante, je suis toujours sur un col postérieur, bien que mou et ouvert à un doigt en externe …
10h00. On vient me poser le monitoring et essayer de poser la voie veineuse. J’ai beau prévenir que je suis difficile à piquer, c’est quand même la sage-femme qui s’y colle et m’explose deux veines. Elle décide enfin de faire appel à un ami, il faut donc attendre l’infirmier d’anesth.
J’avais demandé à avoir la salle nature, mais elle est déjà occupée.
10h45. Entravée, je souffre davantage des contractions, ça devient de moins en moins supportable. Mais j’attends toujours l’infirmer qui arrive enfin. Il est charmant, m’explique bien ce qu’il va faire, ne comprend pas, lui sent bien mes veines … enfin jusqu’au premier essaye où ça passe à coté … La deuxième sera la bonne, mais je me retrouve avec une voie veineuse au niveau du coude. Il en profite pour faire des prélèvements sanguin pour une étude à laquelle je participe. Mes veines n’en font qu’à leur tête, rien avec garrot et le sang coule quand on me libère …
11h15. Je souffre de plus en plus, je veux qu’ils me libère de ce foutu monito pour que je puisse marcher comme pour mon premier accouchement. La sage-femme refuse : le coeur de LutinCoquin ralentit à chaque contraction. Je négocie au moins de pouvoir me lever et faire du ballon.
11h30. Ça ne change pas grand chose à la douleur, je teste plusieurs positions mais rien ne me soulage … je regrette vraiment de ne pas avoir accès à la salle nature.
11h45. Même si je ne gère pas du tout la douleur, le fait de pouvoir bouger lors des contractions convient mieux à LutinCoquin. J’ai donc permission pour 30 minutes de promenade !!!
12h. On va se promener dans les services où mon mari est passé interne. Je ne fait pas ma maligne, c’est ascenseur. La douleur est franchement présente, je profite donc beaucoup moins que lors de mon précédant accouchement …
12h30. Nouvelle sage-femme, nouveau toucher vaginal, nouvelle douche froide : je suis à peine à 3 alors que je ne gère déjà plus grand chose … On me propose de prendre une douche chaude avant de faire un nouveau monito.
12h35. Je suis sous la douche, je perd la notion du temps. Je voudrais rester là jusqu’à la fin, mais je finis par sortir en me disant que sinon la sage-femme va venir m’en tirer par la peau des fesses.
?h?. On lance le monito …
La douleur est insoutenable, je n’y arrive pas !!!! Je n’ai plus de forces, je veux qu’on m’aide, que ça finisse. Comme dit Vio la vilaine : « Pourquoi s’infliger ça, sérieux ? Pourquoi personne ne me dit jamais rien putain ?« 
Le breton blague sur toutes mes lectures et autres :  la PHASE DE DÉSESPÉRANCE c’est à la fin. Pourtant, j’ai vraiment l’impression de mourir. Je rappelle la sage-femme, je ne serais pas une warrior, retrouvez moi l’anesth, je VEUX cette foutu péridurale.
13h13. On passe en salle de naissance. J’aperçois l’heure sur le monito et réalise le temps écoulé sous la douche. Et je me tord de douleur pendant que (à mon sens) la sage-femme prends son temps pour tout installer, appeler l’infirmier d’anesth qui installe aussi des trucs avant d’appeler, ENFIN, l’anesthésiste. Je les maudit intérieurement, je râle, je me tord sur le lit. Le Breton est désespéré, il me propose sa main à broyer, je m’en fout, j’ai juste envie de mordre dans quelques choses.
(je regrette de nouveau la salle nature et ses lianes auxquelles j’aurais pu me suspendre et accessoirement mordre)
13h33. En attendant l’anesthésiste, la sage-femme décide de quand même re-regarder où j’en suis, parce que vraiment, je souffre : verdict 7.
13h37. L’anesthésiste arrive enfin. On fait sortir le Breton. La sage-femme me prend en charge et m’aide à gérer les contractions de manière à ce que je reste relativement détendue et stoïque pendant que l’anesthésiste prépare son matériel.
13h46. La sage-femme me demande de les prévenir à la prochaine contraction pour facilité le travail de l’anesthésiste. Je leur en signale deux … À la suivante, je leur cri « ça pousse !!!!« . Impossible à réprimer, c’est viscérale. Je leur signale que je vais faire caca assis comme ça sur le bord de la table. On me répond que c’est normale, mais que le cathéter de la péridurale n’est pas fini de poser, donc qu’il faut attendre et que je vais devoir pousser sans.
13h52. Je leur hurle que je ne veux pas accoucher sans mon mari (NDLR/ il est à la cafèt parti se prendre un café comme il lui a été ordonné quelques minutes auparavant.
13h55. La sage-femme appelle mon mari sur son portable. Grand moment de solitude pour moi, je ne le connais que selon un moyen mnémo-technique à base de 69, foutu carabin.
13h57. Mon mari rentre dans la salle pendant que la sage-femme m’aide à me mettre en position et me dit de pousser. Elle écarte (violemment?) les lèvres du vagin pour faire passer la tête. Ça brûle et en même temps, c’est tellement moins douloureux que les contractions. Le reste du corps vient tout seul.
14h02. LutinCoquin pousse son premier cri. Il est recouvert de vernix et semble minuscule. La sage-femme me demandera même si je suis vraiment à 40SA. On me le pose sur le ventre, il ouvre déjà les yeux.
14h23. Il se tortille pour trouver mon sein. Comme les sage-femmes semblent ne pas s’occuper de lui, je l’aide à le trouver. La délivrance se fait sans problème, mais la sage-femme trouve que ça a été trop vite et que mon utérus pourrait ne pas assez se contracter pour arrêter le saignement. Comme le voie veineuse est coudé, ça passe mal, alors elle m’envoie l’ocytocine directement à la seringue, me détruisant un peu plus les veines au passage (10 jours après, le bleu est encore loin d’être résorbé)
(PS: je n’ai pas compris cette injection barbare non expliqué et j’ai donc appris depuis qu’il y a une injection systématique d’ocytocine après la délivrance pour prévenir les hémorragies …)

Après les 2h de surveillance habituelle et de tétée pour LutinCoquin, il recevra les premiers soins et sera pesé : 3kg, donc pas si petit. Il a les traits fins et délicat, et ressembles beaucoup à FeuFolet.

Finalement, ce fut un bel accouchement qui restera comme un beau souvenir, malgré quelques regrets : à partir du moment où la salle nature n’était pas dispo, l’équipe n’a absolument pas pris en compte mon souhait d’accoucher sans péridurale, ils n’ont fait que peu de propositions pour m’aider à gérer la douleur – sauf sur la fin pour poser la péridurale … ‘-_-   – et je me demanderais longtemps s’il n’aurait pas été possible de stopper la pose de la péridurale quand la sage-femme s’est rendu compte que j’étais passé de 3 à 7 en trente minutes ?

Et la grande question en suspens, comme dit Madame Ourse, ce sera est-ce que je retenterais le sans péridurale pour mon prochain accouchement (dans quelques années, hein, là, on souffle) ou est-ce que non, vraiment, j’ai trop eu mal?

Naissance !!!!

Publié le
Naissance !!!!
Je n’ai pas été très présente sur la blogosphère ces derniers jours (quoique entre les vacances et le week-end, ça ne se voit pas trop), mais pour une excellente raison et celles qui sont sur instagram le save déjà.
En effet, j’ai donné naissance à notre deuxième petit garçon, samedi dernier en début d’après-midi. L’accouchement s’est très bien passé, bien que très (trop?) rapide (ça fera l’objet d’un autre article).
Maintenant, nous profitons de la dernière semaine de vacances du Breton pour essayer de trouver nos marques à 4.
Il a le nez et le menton de son frère, des petites oreilles en pointes, je pensais l’appeler CaramelBeurreSalé, mais finalement, après un FeuFolet, j’ai accouché d’un petit LutïnCoquïn

Il s’appelle S.

Je vous remercie pour vos félicitations qui ont accompagné l’annonce de sa naissance sur Instagram. MERCI !