Flux RSS

La construction sociale de la place dans la fratrie

Publié le
La construction sociale de la place dans la fratrie

Dans mon précédent article sur la culpabilité d’avoir une préférence, les nombreux commentaires ont fait remonter la place à part de l’aîné(e) dans notre vie de parents, celle d’être celui ou celle qui nous a fait naître parents.

 

À partir de là, je me suis questionnée : on parle aussi beaucoup de la place du petit dernier, celui dont on sait que ce sera nos dernières premières fois en tant que parents.

Selon le professeur d’histoire des sciences, au sein du département des sciences cognitives du Massachusetts Institute of Technology, Frank J. Sulloway, notre place dans le monde adulte serait donc déterminée par notre rang de naissance : aîné leader, enfants du milieu pacifique, médiateur, et benjamin trublion.

La différence d’âge et le hasard de la répartition des sexes dans la fratrie ont aussi un rôle à jouer, ne serais-ce que dans les rapports tour à tour complices ou rivaux entre frère et soeur … (et maintenant, je me demande si avec leur 20 mois d’écart FeuFolet et LutinCoquin seront plutôt complices ou rivaux ...)

2017-10-25_amour_flou

Pourtant, il y a aussi une construction sociale et familiale de la place et du rôle dans la fratrie : un 2ème, plus « brillant » peut donc être ainsi considéré comme l’aîné dans la famille, dans le cas d’aînés gémellaires le rôle d’aîné peut varier en fonction des « dominations ».

J’en vois l’exemple dans ma propre gémellité : si on regarde les films de notre petite enfance, je suis souvent celle qui « domine » ma soeur, me plaçant alors dans un rôle d’aîné et elle de cadette. Cette répartition des rôles va être complètement renversée, en partie à cause du regard parental, lors de notre entrée en CP où ma soeur s’est avéré plus « brillante », plus travailleuse, plus « sage ». Tout un tas de qualificatifs souvent associés à l’aînesse.

Mais, j’ai le sentiment qu’inconsciemment, mes parents ont de nouveau bouleversé cet « ordre établi » du fait de mon mariage et de ma maternité qui me font basculer dans la cours des « vrais » adultes vis à vis de ma soeur qui privilégie sa carrière et sa « liberté ».

Or selon la psycho-généalogie, notre place dans la fratrie détermine en partie notre caractère, notre place dans le monde adulte, mais aussi la relation avec nos enfants !

Les Chinois auraient découvert il y aurait plusieurs siècles cette loi « bio-logique » :
1 = premier de sa fratrie etc…
1     2    3
4     5    6
7     8    9
10  11  12

Selon cette table, en tant qu’aîné, nous serions plus proche de nos 1er, 4ème, 7ème (etc. soyons fou), un deuxième plus proche du 2nd, 5ème, 8ème enfants et ainsi de suite …

Dans ce cas, selon que je suis l’aînée ou la cadette de notre sororité gémellaire, je serais donc censée me sentir plus proche soit de mon 1er, donc FeuFolet (et de mon hypothétique 4ème), soit de mon 2ème LutinCoquin. À voir aussi si celà change avec le temps et l’âge auxquel me renvoie chacun de mes enfants.

Pour le Breton, c’est facile, il est le 3ème de sa fratrie. Mais il est aussi l’enfant du milieu d’une fratrie de 5, qui pourrait aussi le pousser à plus d’affinité avec LutinCoquin (et un hypothétique 3ème qui ne serait pas le petit dernier)

 

À la naissance de LutinCoquin, je m’étais déjà procurée « Frères et Sœurs sans rivalité » de Farber & Mazlish, (ça vous dit à quel point les relations fraternelles me fascinent et m’inquiètent un peu parfois), mais après toutes ces recherches, je lirais bien aussi « Frères et Sœurs, chacun cherche sa place » de Françoise Peille, qui malheureusement n’est plus disponible.

Publicités

À propos de Mam'Weena

Mariée à mon Breton depuis 2013, je suis la jeune maman de FeuFolet depuis Novembre 2014 et de LutinCoquin depuis Juillet 2016

"

  1. Frères et sœurs sans rivalité se trouve sur ma liste de Noël !
    Il te donne des pistes intéressantes ?
    C’est sûr que tout un tas de facteurs entre en jeu. Je suis l’ainée et effectivement, je me retrouve bien dans la place de leader (Ou celle qui commande ses petits frères et sœurs 😉 )
    Et je pense aussi que le sexe peut influer, notamment dans ma propre fratrie.
    Moi, je suis l’ainée et j’ai cette place. Ma sœur est la cadette, avec une place pas forcément très enviable. Mon frère vient ensuite, mais c’est le seul garçon. Puis ma petite sœur, petite dernière.
    Peut-être est-ce aussi pour cette raison que la famille « idéal « , c’est 2 enfants avec un garçon et une fille. Chacun avec 2 caractéristiques différentes (sexe et rang).
    Bref, je me fais des nœuds au cerveau !

    J'aime

    Réponse
    • Oui, il est assez interressant pour nous interroger parents sur les etiquettes conscientes ou inconscientes qu’on met à nos enfants. Par contre, le côté résolution de conflit s’adresse plus à des fratries de plus grands que la mienne, je trouve 😉
      Pour la famille « idéale », c’est probable, le truc c’est que ça ne se commande pas sur catalogue 😅

      J'aime

      Réponse
  2. je suis également fascinée par ces questions de positionnement dans la fratrie car je suis sure que cela a un impact sur notre caractère et les relations plus tard.
    Mes garçons ont également 21 mois d’écart, et je peux dire qu’ils sont tour à tour complices et rivaux ! et qu’ils sont indispensables l’un à l’autre !

    J'aime

    Réponse
  3. escarpinsetmarmelade

    Article très intéressant! Je suis d’accord, je pense que notre ordre chronologique dans la fratrie prédétermine beaucoup de choses, même, si, tu le dis bien, rien est irreversible!

    J'aime

    Réponse
    • Oui, c’esr fou comme certains hasards sont déterminants. Certains diraient qu’ils n’y a pas de hasard et que chaque nouvelle vie sur terre choisit son ordre de naissance, comme la famille dans laquelle ils naissent 😉

      J'aime

      Réponse
  4. Et comment ça se passe pour les enfants uniques? Comme j’en suis une, je me pose la question! lol Je suis obligatoirement l’aînée mais aussi la petite dernière puisque la seule. Bref, tu as peut-être la réponse!

    J'aime

    Réponse
    • Alors, c’est vrai que je ne me suis pas penché sur le cas des enfants uniques, mais je pense que le rôle d’aîné prédomine car, comme on le disait dans les commentaires de l’article, c’est lui qui « portent le projet parental » dans le sens où nous n’étions pas sûr de pouvoir avoir des enfants avant sa venue au monde 😊

      J'aime

      Réponse
      • Jane Nelsen en parle aussi (voir mon commentaire en dessous). D’ailleurs, quand les enfants ont plus de 5 ans d’écarts, on a tendance à retrouver les mêmes traits de caractères et biais quun enfant unique (deux enfants d’une même fratrie née avec dix ans d’écart par exemple)

        J'aime

  5. Dans La discipline positive de Jane Nelsen, il y a tout un chapitre extrêmement intéressant sur l’impact du rang de naissance. Ça donne pleins de pistes sur comment les enfants peuvent se comporter entre eux, mais aussi comment nous adulte avons tendance à être en fonction de notre rang.

    Aimé par 1 personne

    Réponse
  6. C’est hyper intéressant merci pour toutes ces pistes ! Je suis la cadette et je vois bien que ça a une petite influence sur mon comportement avec Charles. Par exemple je refuse qu’il n’utilise que les affaires de son frère et insiste pour qu’il ait aussi les siennes neuves parce que… je sais ce que ça fait d’hériter de tous les trucs de sa grande soeur 😉 .

    Aimé par 1 personne

    Réponse
  7. Que de questions intéressantes! Bon, j’ai déjà pas commenté le précédent article qui m’a beaucoup plu! (Dans le détail, j’ai fait un commentaire fleuve qui n’est pas passé) alors j’essaie en bref. Je suis l’aînée, avec toutes les caractéristiques et je me sens plus proche deu la cadette qui est portent tes cadette! Bref, je serai plutôt un contre exemple…

    Aimé par 1 personne

    Réponse
    • Arf, c’est rageant les commentaires fleuves qui passent pas 😭
      Alors, en fait, il y a un biais… les fausses couches, même « invisible » modifie notre ordre théorique de naissance. Selon ce point, LutinCoquin serait un « troisième », comme mon mari (mais ce dernier a un comportement de « 2eme »/ »5eme » … et l’écart d’âge non voulu entre lui et sa soeur précédente peut poser la question de fausse-couches fantômes 🤔)

      Aimé par 1 personne

      Réponse
  8. C’est une réflexion intéressante! Je ne me suis jamais posée vraiment la question mais si je reprends ma propre fratrie, ça se vérifie assez bien que ça n’est pas immuable comme tu le dis! On verra ce que ça donne pour nos enfants!

    J'aime

    Réponse

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

%d blogueurs aiment cette page :