J’accouche bientôt … (lecture & questions)

Dès le début de cette deuxième grossesse, je me suis retrouvée face à un questionnement existentiel : j’ai adoré mon premier accouchement, au point de dire au Breton que je recommençais quand il voulait juste après l’expulsion.

Pour ce premier accouchement, j’étais parti dans l’optique de ne pas me priver de la péridurale et je l’ai demandé quand la fatigue à commencer à être trop forte. Ça m’a permis d’être très sereine pour accueillir FeuFolet.

 

D’un autre côté, je me dit que vu la facilité de ce premier accouchement, j’aurais peut-être pu m’en passer … alors que faire pour ce deuxième? privilégier la sécurité d’une naissance sous péridurale, en terrain connu après mon aîné, ou au contraire essayer de me dépasser et donc de m’en passer?

J’ai donc discuter avec la sage-femme d’une préparation à l’accouchement dans une optique sans péridurale, sans m’ôter la possibilité d’y avoir recourt selon les circonstances … mais parfois, je doute de ce choix …

 

Il y a deux choses qui m’effraie dans l’accouchement sans analgésique : autant je pense pouvoir gérer la douleur des contractions pendant la dilatation du col, autant le passage dans le bassin, la douleur de l’expulsion et la phase de désespérance qui l’accompagne m’inquiète plus …

Autre chose, l’avantage de la péridurale lorsqu’elle est posée, c’est que tout est en place en cas de complications. Et quand on côtoie le milieu médical depuis sa plus tendre enfance, on en connaît un rayon en matière de complications possibles …

 

Comme pour mon premier accouchement, j’ai eu envie de trouver du réconfort dans les livres. Pour mon premier, je m’étais plus focalisé sur l’allaitement et l’après accouchement.

Ce coup-ci, je me suis tournée vers la livre de Maïtie TRELAÜN : « j’accouche bientôt, que faire de la douleur? ». J’en avais vu des échos positifs sur le blog de WaityLily, tandis que MarieandPMA était plus mesurée.

 

Pour ma part, autant, j’ai beaucoup aimé la première moitié du bouquin qui explique bien le travail physiologique de l’accouchement, le rôle des différentes hormones, les différentes phases et quelques clefs pour les appréhender, autant, j’ai eu plus de mal avec la suite …

 

À partir du chapitre 6, elle aborde la péridurale, tout d’abord en disant qu’elle n’est pas fondamentalement contre, mais tout au long du chapitre, elle va égrainer des petites phrases que je trouve assez moralisatrices et culpabilisatrices …

Dès le début même du chapitre en fait, puisqu’elle termine sont deuxième paragraphe en mettant en question l’innocuité de la péridurale sur le lien mère-enfant, allez, ça, c’est fait ! Et de nombreux arguments émaillant sa théorie suivront. Bon, elle parle surtout du court circuitage des échanges hormonaux physiologiques au cours de l’accouchement lorsqu’il y a utilisation d’ocytocine de synthèse, mais quand même …

Surtout qu’il y a un chapitre sur « la manière dont l’enfant ressent sa naissance – aka plus passivement s’il y a anesthésie – influt sur la manière dont il appréhendera sa vie« , bam, de nouveau dans les dents !!! Mauvaise mère qui a choisit la péridurale, tu pénalise ton enfant dès son début dans la vie …

 

Le chapitre Paroles de parents m’a franchement donner des impressions de propagandes alors je l’ai sauté. De même que celui sur le vécu de la césarienne – qui n’est pas mon cas pour l’instant – ne m’a pas été très utile.

Le dernier chapitre sur le Devenir mère, même si dès le début elle précise bien que c’est sa réflexion et son cheminement, était un peu trop ésotérique pour moi.

 

Bref, une lecture en demi-teinte, qui finalement ne m’aide pas beaucoup dans mon questionnement … mais qui m’a quand même permis de mettre le doigt sur mes angoisses vis à vis d’un accouchement sans péridurale et d’en parler avec ma sage-femme lors de la préparation.

 

 

Publicités

17 réflexions sur “J’accouche bientôt … (lecture & questions)

  1. Bouh la la tu ne me donnes pas envie de lire ce livre j’ai horreur de ce type de discours moralisateur ! En plus je suis convaincue que tous les accouchements sont différents alors je ne jugerai jamais un recours à la péridurale (d’ailleurs qui sait si je n’en aurais pas une pour mon deuxième bébé).
    Concernant tes craintes… Pour ce qui est de la douleur, personnellement je n’ai pas eu vraiment mal au moment de la poussée puis du « passage ». Une fois que mon col était dilaté à 10 la douleur est devenue très supportable en fait. Ce qui a été plus douloureux pour moi ce sont les contractions avant… Si ca peut te rassurer 🙂 .
    Concernant les risques de complication je faisais confiance à l’équipe médicale pour les repérer et alors mettre en place une anesthésie d’urgence pour le coup je ne m’en suis pas du tout inquiétée…

    J'aime

    • Oui, tu me rassures beaucoup, ça veut dire que le passage dans le bassin n’est pas forcément le plus douloureux ^^
      L’inconvénient des études de biologie, c’est que j’ai eu un prof misogyne et sadique qui a passé de nombreuses heure à comparer le vêlage et l’accouchement et nous dire à quel point le passage du bassin est douloureux …
      Bon, maintenant, j’ai un nouveau point de focalisation : on ne sait pas dans quelle position est mon bébé, donc … euh … ben surprise jusque début juillet en espérant que je n’accouche pas avant mes derniers rendez-vous (préparation à l’accouchement sans péridurale et 9ème mois à la maternité)

      J'aime

      • Ben écoute je suis peut etre une exception (mais je ne crois pas) je suis très très fine mais le passage ne m’a pas marquée plus que ca… C’est d’ailleurs pour ca que la dernière fois je n’ai pas vraiment compris ta question quand tu m’as demandé comment je l’avais géré. Pour moi une fois que j’avais géré les contractions le plus dur était fait…

        J'aime

  2. Bonjour, j’ai eu la chance d’avoir un accouchement physio en plateau technique pour mon premier (et seul enfant pour le moment). Et franchement j’ai pas ressenti de douleurs plus forte au passage dans le bassin. A vrai dur le plus dur était que j’ai eu tout du long des contractions très rapprochées (toutes les min/2 min) et ça a été le plus fatiguant. et le moment de l’expulsion,c’est douloureux mais c’est pas grave parce que l’on sait que c’est la fin. Il y a un très beau livre sur les accouchement physio et à domicile qui s’appelle « Intimes naissances » que j’ai trouvé très bien. Isabelle brabant a écrit un livre chouette aussi mais je ne l’ai pas lu mais il parait qu’il est très bien. Celui de Maité Trelaun, je l’ai lu aussi mais bon je l’ai pas trouvé plus inspirant que ça. J’ai bien aimé « Acouchement – LA méthode de Gasquet » chez marabout. C’est axé sur la pratique et c’est vraiment pas mal pour se préparer chez soi, ça permet de faire diminuer l’angoisse, enfin moi ça m’a aidé! Bon courage et bel accouchement!

    J'aime

  3. La methode de Gasquet c’est très intéressant effectivement. Ça permet de savoir déjà les positions possibles pour s’aider à accoucher.
    J’ai aussi lu « Orgasmic Birth », d’Elizabeth Davis et Debra Pascali-Bonaro. Je n’avais pas prévu d’avoir un organisme en accouchant, mais ça m’a beaucoup aidé à avoir confiance en moi, à chercher seule comment je voulais gérer mon accouchement. Je voulais maîtriser les choses autant que possible et c’est une bonne lecture pour s’écouter et faire comme on le veut (et comme on peut!)

    Aimé par 1 personne

  4. J’ai accouché une fois sans péri (et une fois avec avant). Les dernières contractions sont douloureuses mais pousser pour faire sortir le bébé soulage. Je me souviens d’avoir bien senti la tête passer puis les épaules, je ressentais plus une brûlure qu’un déchirement. Je pense que le plus dur est de gérer les dernières contractions. Et quand je dis les dernières contractions, c’est dans mon souvenir moins de 10 contractions. Ce qui m’a le plus marqué, c’est que mon cerveau, au moment de l’expulsion, a laissé mon corps prendre le dessus : plus besoin de réfléchir, mon corps faisait ce qu’il fallait. Sinon, je ne suis ni pour ni contre la péri, j’attends un 3e enfant pour fin août et je n’exclus rien du tout.

    Aimé par 1 personne

  5. Je suis aussi partagée que toi 😉 Pour mon premier accouchement, j’ai eu une péridurale « à contre-cœur », parce que clairement l’équipe médicale ne m’a pas donné d’autre choix (n’ayant pas le droit de bouger de mon lit à cause du monito et de la perfusion…). Je me dis que pour le deuxième, je préparerai peut-être plus résolument un projet « sans ».

    Après, je me pose toujours la question de l’intérêt réel, au-delà de la satisfaction de « l’avoir fait ». C’est quand même une super invention, et même si j’ai regretté qu’on me l’impose, je ne l’ai pas regrettée en elle-même, j’ai bien aimé ces moments où j’ai pu me reposer et envisager sereinement mon accouchement en bavardant avec mon mari. Bref, je suis toujours partagée… mais heureusement (ou malheureusement) moins proche de l’accouchement (encore faudrait-il que je sois enceinte !) que toi 😉

    J'aime

  6. Comme toi je garde un très bon souvenir de mon accouchement (avec péridurale) et j’ai trouvé que j’avais assez bien géré les contractions jusqu’à la péridurale. Pour un deuxième bébé je pense que je me poserai la question de la péridurale mais si je vois que j’arrive à faire sans sur la durée pourquoi pas.

    Aimé par 1 personne

  7. Pour partager mon expérience, j’ai accouché avec une péridurale qui ne fonctionnait pas … Je m’explique, au début j’ai senti son effet, après la machine à commencer à déconner. Du coup j’ai BIEN senti les dernières contractions (que je pense possible de gérer sans péridurale), par contre, pour moi, l’expulsion a été hyper douloureuse (à ce moment là, j’ai bien compris que la péridurale ne marchait pas :). Pour le deuxième, je la redemanderai, en espérant avoir un peu moins l’impression d’être écartelée 🙂 Glamour Glamour Glamour
    Bises
    Laura

    J'aime

    • Ce que tu raconte correspond plus à ce que j’avais entendu dire 😉
      Je pense que j’aviserais en fonction de mon état mental quand je serais entre 7 et 8, parce que après si ça va « trop » vite, ils peuvent ne plus pouvoir la poser ^^ (mais il paraît que c’est à prendre comme une bonne nouvelle, ça veut dire qu’on peut faire sans, tu sens le besoin d’auto-persuasion 😉 )

      J'aime

  8. Comme d’autres plus haut, accouchement sans péridurale (je suis initialement pour !) et le passage dans le bassin ne m’a pas marquée plus que ça. Les dernières contractions étaient incroyablement douloureuses et me clouaient sur le lit (une toutes les minutes, je pense), pas moyen d’agir de manière contrôlée, mon corps décidait tout seul de la marche à suivre ! Et idem pas de douleur particulière pour l’expulsion, au contraire ça soulageait de pousser.
    « j’aviserais entre 7 et 8 » heum oui si tu as la chance de pouvoir viser juste 😀 Moi, en 1h30, je suis passée de 3 à 10 alors pas le temps de se poser de questions… Mais comme tu as dit dans ton dernier commentaire, si ça va trop vite comme pour moi, c’est que tu peux faire sans 😉

    J'aime

    • Il paraît oui que le corp se met en mode automatique, surtout si ça va vraiment vite.
      D’un autre coté, plus c’est rapide, plus c’est douloureux, mais « moins fatiguant ». Pour mon premier, niveau douleur, j’aurais pu gérer encore, par contre, j’avais vraiment besoin de repos ^^

      J'aime

      • Oui, évidemment je n’ai pas de point de comparaison. Ca a duré de 22 à 7h du matin mais je n’ai pas dormi avant la nuit suivante et je ne me suis pas sentie particulièrement fatiguée non plus… Donc je pense que tu as raison.
        Il faut faire un choix ! Ou plutôt le subir hihi 😉

        J'aime

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s